Les massages de la vulve

Les caresses hétéro-érotiques de la vulve

Les caresses et massages hétéro-érotiques sont une excellente entrée en matière dans la sexualité. En plus de procurer du plaisir à la femme, ils permettent de :

  • se découvrir l'un l'autre ;

  • prendre confiance en soi et en l'autre ;

  • faire monter l'excitation ;

  • apprendre à communiquer ;

  • réaliser les préliminaires ;

  • retrouver une confiance perdue (suite à une dyspareunie, par exemple).

Pour comprendre la technique, il faut tout d’abord consulter la page le sexe de la femme qui en décrit les zones érogènes et le fonctionnement.

Le vagin

Description illustrée du vagin

Le vagin est un fourreau qui relie le vestibule à l'utérus.

photo organes génitaux féminins internes
schéma des organes génitaux féminins internes

L'entrée du vagin est excentrée par rapport à la partie visible. Elle est en réalité située tout en arrière des organes externes, près de l'anus. Au repos, il est fermé (parfois incomplètement) par les grandes lèvres qui protègent l'intégralité de la vulve.

Le coït chez la femme

Guide illustré de la sexualité : le coït au féminin

Vaste sujet ! Il a été dit beaucoup de choses à propos de la sexualité de l'homme et de la femme. Beaucoup de vrai et aussi beaucoup de faux. De plus en plus, avec la diffusion des films pornographiques, la perception de la sexualité – tant pour l'homme que la femme – a été modifiée.

On peut croire à tort que l'un comme l'autre arriveront obligatoirement au coït et au plaisir.

Pour l'homme, on s'imagine qu'il ne lui faut que de la stimulation sexuelle pour y arriver. Mais même là, si c'est souvent suffisant, ce n'est pas aussi simple.

La dyspareunie

Traitement de la dyspareunie

La dyspareunie est une douleur que ressent la femme au moment de la pénétration ou lors des va-et-vient de la verge dans le vagin.

La dyspareunie est dite superficielle si cette douleur survient au début de la pénétration.

La dyspareunie est dite profonde si la douleur ne survient que lors d'une pénétration profonde.

Contrairement au vaginisme, la dyspareunie est toujours secondaire : elle survient après une période plus ou moins longue de rapports sexuels non douloureux.