L'éjaculation précoce

Traitement de l'éjaculation précoce

Définition et contextes

Définition de l'éjaculation précoce

L'éjaculation précoce ou éjaculation prématurée lorsque l'orgasme se produit en tant qu'acte réflexe, c'est-à-dire lorsqu'il échappe au contrôle volontaire du sujet une fois que, chez ce dernier, l'excitation sexuelle a atteint une certaine intensité.

Il ne sagit donc pas d'un problème durée de coït, mais de contrôle du réflexe éjaculatoire.

En effet, un homme jeune, ou très excité pourra éjaculer rapidement, de façon exceptionnelle, sans pour autant être éjaculateur précoce. Dans ce cas, le problème se résolvera de lui-même assez rapidement, au fur et à mesure du temps (quelques jours).

L'éjaculation précoce peut être :

  • primaire : elle a toujours été présente dans la sexualité de l'homme ;

  • secondaire : elle survient après un temps de sexualité sans problème.

Mais la distinction n'est pas toujours si facile. Comme il ne s'agit pas d'un problème de durée mais de contrôle du réflexe, parfois, l'éjaculation n'intervient pas trop tôt, sans avoir pour autant le contrôle du réflexe éjaculatoire. Ainsi ces hommes ne s'estiment éjaculateurs prématurés que dans un second temps, lorsque cette belle mécanique n'est plus synchrone. Il ne s'agit pas d'éjaculation précoce secondaire pour autant, car leur manque de contrôle a toujours été présent sans qu'ils s'en aperçoivent.

Ce n'est pas une maladie

L'éjaculation précoce n'est pas une maladie. il n'y a aucun problème particulier de fonctionnement.

La vente de médicaments pour retarder l'éjaculation ou guérir l'éjaculation précoce peut donc paraître plus que douteuse et n'a souvent pas lieu d'être. Et ces médicaments ne traitent pas la cause du trouble (et donc ne le guérissent pas). Pour guérir il suffit bien souvent d'apprendre ou réapprendre à contrôler le réflexe éjaculatoire.

Traitement

Etape 1 : La masturbation

Certaines méthodes prônent la masturbation avant le coït.

Mais cette méthode s'avère bien souvent inéfficace. tout d'abord parce qu'il est parfois difficile de déterminer quand on va avoir un coït. Ensuite parce qu'il est diffcicile de déterminer le moment exact. Si on s'est masturbé trop proche du coït et qu'on se trouve encore en phase réfractaire, l'érection même sera impossible, douloureuse ou difficile à maintenir (ce qui va comploquer le coït).

La masturbation ne doit intervenir qu'en dehors de toute prévision de coït. Elle permet de réapprendre à déterminer le moment de l'orgasme et/ou de l'éjaculation et apprendre à le maîtriser.

Lorsque ce moment est trouvé, il faut apprendre à arrêter toute stimulation juste avant l'éjaculation, notamment le point de non retour qui déclenche le réflexe éjaculatoire.

Etape 2 : À deux

Après une première période d'apprentissage en solitaire, l'homme pourra effectuer des exercices avec sa partenaire afin d'apprendre à contrôler son éjaculation lorsque le coït dépend d'une autre personne.

Dans cette étape, il n'est pas forcément besoin de coït, mais d'une stimulation à deux.

Par exemple, l'homme et la femme se caresseront mutuellement. Le fait d'être concentré sur sa partenaire permettra une montée de l'excitation moins rapide et un meilleur apprentissage du contrôle.

La femme pourra aussi caresser seule l'homme en étant bien à l'écoute de ses indications (approche imminente de l'orgasme). Elle pourra pratiquer caresses et fellation.

A l'imminence de l'orgasme, l'homme préviendra sa partenaire de cesser les stimulations. Les sexologues américains recommandent même une pression (baptisée squeeze) du frein du pénis, qui se poursuivra jusqu'à ce que l'homme ne ressente plus l'imminence de l'éjaculation.

Etape 3 : Le coït

Lorsque l'étape 2 est maîtrisée et que la communication est suffisamment efficace pour gérer des stimulations à deux, l'étape 3 consistera en le réapprentissage avec coït.

Les partenaires pourront donc avoir des relations sexuelles normales. Cependant, certaines positions sont plus stimulantes que d'autres.

Ainsi, il faudra éviter les positions comme l'enclume ou le missionnaire, et plus préférer en premier lieu les positions comme l'Andromaque, ou la cavalière.

Lorsque l'homme sentira l'imminence de l'éjaculation, il préviendra sa partenaire qui stoppera immédiatement le coït. Il pourra alors se concentrer sur autre chose, comme lui prodiguer caresses, stimulations, cunnilingus, afin que, durant sa pause, elle reste en état d'excitation.