Le coït chez l'homme

Guide illustré de la sexualité : le coït au masculin

Vaste sujet ! Il a été dit beaucoup de choses à propos de la sexualité de l'homme et de la femme. Beaucoup de vrai et aussi beaucoup de faux. De plus en plus, avec la diffusion des films pornographiques, la perception de la sexualité – tant pour l'homme que la femme – a été modifiée.

On peut croire à tort que l'un comme l'autre arriveront obligatoirement au coït et au plaisir.

Pour l'homme, on s'imagine qu'il ne lui faut que de la stimulation sexuelle pour y arriver. Mais même là, si c'est souvent suffisant, ce n'est pas aussi simple.

Première partie : généralités

Chez l'homme, un coït normal (Masters et Johnson) se déroulera en quatre phases :

  1. excitation

  2. phase plateau

  3. orgasme

  4. résolution

graphique de l'excitation sexuelle masculine
Les quatre phases d'excitation chez l'homme (licence : Creative Commons by-nc-sa, Prolix). En rouge : stimulation du prépuce. En noir : stimulation gland + prépuce

Préliminaires

Tout le monde le dit, tout le monde le sait, les préliminaires sont très importants, tant pour l'homme que pour la femme, même si la femme en a en général plus besoin physiologiquement, les hommes ne sont pas contre non plus.

Pour faire simple, les préliminaires comprennent tout acte sensuel ou sexuel qui n'impose pas de pénétration... même si certains incluent dans les préliminaires des jeux avec des objets ou des doigts.

Excitation

La vasodilatation de la peau entraîne une sensation de chaleur, l’augmentation du flux sanguin dans la zone génitale conduit à une congestion génitale.

Chez l'homme, l'essentiel de l'excitation se traduit par une érection : les corps caverneux du pénis se gonflent de sang. Le pénis gagne en volume et se rigidifie.

photo pénis érection
L'érection du pénis zoom (source : wikimedia commons)
avertissement

Celle-ci se produit en l'espace de 10 à 30 secondes (pour être complète). La rigidité du pénis dépend d'un certain nombre de facteurs comme le degré d'excitation, mais aussi l'âge, la condition physique, la fatigue ou l'influence de certaines substances (drogue, alcool, médicaments, ...).

L'érection du pénis (source : wikimedia commons)
avertissement

Plus on avance en âge, plus l’érection prend du temps. Cela est dû au vieillissement du système cardio-vasculaire.

Lors de l'excitation ou un peu après, un liquide pré-éjaculatoire peut apparaître.

photo liquide pré-éjaculatoire
L'érection du pénis zoom (source : wikimedia commons)
avertissement

Mais le moment exact de son émission varie selon les hommes.

Ce liquide ne contient pas de spermatozoïdes, et sert à réduire l'acidité de l'urètre en enveloppant les spermatozoïdes de ce liquide protecteur.

Remarques à propos de l'érection

L’érection peut être complète ou partielle. Une érection incomplète n’empêche pas forcément un coït. Certaines femmes aiment d’ailleurs une érection incomplète car elle aiment sentir le pénis se durcir à l’intérieur de leur vagin.

L’érection est très sensible à l’environnement et à l'hygiène de vie. Ainsi l’alcool et la fatigue diminuent temporairement la capacité érectile.

Une fois le pénis en érection, la pénétration est possible et le coït peut commencer.

Douleur après une excitation sexuelle

Dans le cas d'une excitation sexuelle prolongée non satisfaite, certains hommes ressentent d'une douleur testiculaire aiguë ou d'une douleur lancinante plus à l'intérieur de corps, dans le bas-ventre. Il s'agit du résultat l'état de congestion du fluide temporaire (vasocongestion) dans les testicules et la région de la prostate. En général, la douleur finit par disparaître après une demi-heure ou une heure. Mais elle peut durer plus longtemps si l'état d'excitation revient ou est maintenu.

Cet état est appelé hypertension épididymique. Bien que désagréable, il n'est pas dangereux.

phase plateau

La phase plateau est dénommée ainsi car d'un point de vue purement sexuel, le plaisir augmente peu ou pas. En revanche, les modifications physiologiques se poursuivent.

De façon générale, la phase de plateau représente un état intensifié de la phase de l’excitation.

Sa durée dépend de l'efficacité de la stimulation, de l’état d’excitation et d’un grand nombre de paramètres (fatigue, santé, concentration, etc.).

La gestion de cette phase est essentielle pour contrôler la durée du coït, notamment chez les éjaculateurs précoces.

Durant cette phase, les bourses se contractent progressivement. Les testicules remontent vers la base du pénis.

L'orgasme

Immédiatement avant (et au moment de) l'orgasme, les bourses sont contractées au point de remonter les testicules au maximum, c’est-à-dire à la base du pénis.

photo scrotum contracté
Les bourses contractées juste avant l'orgasme
avertissement

L'orgasme est un acte réflexe, qui survient à la suite d'une stimulation suffisante et se traduit d'une part par une sensation de plaisir intense, d'autre part par une série de contractions rythmiques d'un ensemble de muscle.

L’orgasme pénien (du pénis) se caractérise par des contractions rapides (0,8 s) et rythmiques de la prostate, de l’urètre et des muscles à la base du pénis. Ces contractions expulsent le sperme par le méat urétral du pénis (l’éjaculation). Ce processus dure de trois à dix secondes et est accompagné habituellement d'une sensation de plaisir intense.

Comme pour la femme, il y a généralement une corrélation entre le nombre de contractions et le plaisir. Mais ce n'est pas toujours le cas.

En général, ces contractions expulsent le sperme à une vitesse proche de 40 km/h.

Éjaculation douloureuse

Parfois, l'éjaculation peut être douloureuse. Sous l'effet des contractions dues à l'éjaculation, certains muscles, trop rapidement sollicités, peuvent avoir des crampes, notamment s'il y a eu juste avant un travail de contraction du muscle pubococcygien (pour retarder l'éjaculation, par exemple).

Il n'y a pas lieu de s'inquiéter si cette douleur n'est pas systématique.

Lors du rapport, le sperme passe dans la portion de l’urètre qui traverse la prostate. Là, il est mis sous pression entre les deux systèmes musculaires qui ferment l'urètre: l'un en haut au niveau de la sortie de la vessie (sphincter lisse), l'autre en bas situé sous la prostate (sphincter strié). Au moment de l’orgasme, le sphincter strié se relâche et l’éjaculation se produit car le sperme est propulsé vers la sortie de l'urètre.

Ejaculation rétrograde

Après chirurgie prostatique pour adénome, le sphincter lisse devient inopérant et le sperme va donc directement dans la vessie (éjaculation rétrograde).

Le volume de sperme émis lors de l'éjaculation est variable, dépendant du délai entre les rapports, de l’âge du patient… Il est en général de 2 à 5 ml.

Il contient, en moyenne, 60 millions de spermatozoïdes par millilitre.

La résolution

Si les stimulations sexuelles s'interrompent, la résolution se caractérise par une intumescence des vaisseaux sanguins au niveau des structures externes et internes : l'afflux de sang commence à se dissiper, bien qu'à un rythme beaucoup plus lent si l'orgasme n'a pas eu lieu.

Les organes génitaux se replient dans leur emplacement initial : le pénis redevient flaccide et reprend une couleur et une taille normale (au repos).

Il s’agit aussi d’une période de détente et de tendresse pour l’homme. Cette phase est en général concomitante à un assoupissement.

La phase réfractaire

Chez l'homme, la phase qui suit l'orgasme est dite réfractaire car l'excitation sexuelle est impossible durant un certain temps. Et même s'il est possible d'avoir une érection (pas toujours maximale), il est impossible d'avoir un nouvel orgasme durant un certain laps de temps.

La durée de la phase réfractaire dépend de l'âge, elle est quasiment inexistante pour des individus jeunes (17 - 20 ans), ce qui leur permet d'avoir des orgasmes successifs (tout comme les femmes), mais s'accroît avec l'âge, pour atteindre une voire plusieurs heures à l'âge de 40-60 ans.